Qu'est-ce qu'un avortement?

Dans le sens qui nous intéresse ici, l’avortement consiste en la destruction du fœtus avant la naissance naturelle.

LES PRINCIPALES MÉTHODES D’AVORTEMENT

Aspiration (dite méthode de Karman)
Pratiquée sous anesthésie, cette méthode est la plus généralement utilisée en France (50 % des cas). Le col de l’utérus est dilaté est dilaté de 2 bons centimètres au moyen de dilateurs gradués dits “bougies”, allant de calibres très petits à très gros jusqu’à permettre le passage d’un tube flexible relié à une pompe sous vide qui dissèque l’enfant.

suction-aspiration-abortion

Curetage
Pour les grossesses plus évoluées, par exemple à 12 semaines. On dilate le col de l’utérus comme dans la méthode précédente pour permettre l’introduction à l’intérieur de l’utérus de la curette au moyen de laquelle le fœtus est déchiqueté.

raschiamento-400x324

Injection salée
Cette méthode abortive, sans doute la plus barbare de toutes, est utilisée après 16 semaines lorsqu’il y a suffisamment de liquide amniotique autour du bébé. On retire une certaine quantité de ce liquide qui est remplacé par une quantité équivalente de poison (une solution saline très concentrée). Parfois, l’urée est aussi utilisée.

Par cette méthode, on tue l’enfant en lui brûlant la peau, les poumons en plusieurs heures de souffrances atroces. Si elle n’est pas anesthésiée, la mère ressent très fortement les mouvements de l’enfant agonisant dans son ventre et accouche d’un enfant mort.

salt-poisoning

Administration de prostaglandines
Les prostaglandines sont des hormones naturelles ou synthétiques, dont l’administration, qui se fait en comprimés, par intraveineuses ou par voie vaginale, provoque des contractions de grande violence et déclenche l’accouchement sous 48 heures.Un accouchement prématuré déclenché de cette façon dure au minimum 6 heures, délai qui est fatal au fœtus.

Hystérotomie (ou petite césarienne)
Tout comme pour une césarienne, le ventre de la mère est ouvert afin d’aller chercher le fœtus à l’intérieur de l’utérus.
Bien que n’étant pas officiellement autorisé en France, en dehors de “l’avortement thérapeuthique”, cette méthode est, en fait, de plus en plus pratiquée.

Avortement par naissance partielle
Cette technique d’avortement consiste en l’extraction “intacte” du corps du fœtus excepté sa tête, puis une en aspiration de son cerveau. Ce type d’avortement demande trois jours d’intervention dont deux rien que pour la dilatation du col de l’utérus par le biais de cylindres qui vont augmenter progressivement le diamètre. On peut aussi utiliser des laminaires.

Pendant l’avortement “proprement dit”, l’orientation initiale du fœtus est identifiée par un appareil à ultra-sons. Dès qu’une “extrémité” est repérée, l’avorteur insère un forceps dans l’utérus par le vagin et le col et agrippe une des jambes de l’enfant.

1659062594_small

Après avoir retourné le bébé dans l’utérus de manière que ses pieds se présentent en premier (et donc son visage vers le bas), l’une de ses jambes est tirée vers l’extérieur. Ensuite, c’est au tour de l’autre jambe, le torse jusqu’au cou.

L’enfant présente sa mœlle épinière vers le haut et tout son petit corps se trouve hors de l’utérus sauf sa tête trop large pour passer le col de l’utérus. À ce stade, le bébé est encore en vie mais plus pour très longtemps puisque l’avorteur passant sa main le long de la colonne vertébrale de sa petite victime lui saisi le cou avec deux doigts (le majeur et l’index) pour le dégager. L’avorteur s’empare alors d’une paire de ciseaux chirurgicaux pointus et, après avoir localisé la base du crâne de l’enfant l’enfonce de force.

Il écarte les lames des ciseaux pour élargir le trou ainsi créé, et après les avoir otés, insère un cathéter de succion qui aspire la cervelle. Une fois le cerveau affaissé, la tête est devenue assez petite pour passer le col de l’utérus. Enfin, le placenta est oté puis les parois utérine nettoyées.

la source: http://laissezlesvivre.free.fr/